Evelyne Sinimalé
Thérapeute énergéticienne à Paris 14
Evelyne Sinimalé
Thérapeute énergéticienne à Paris 14

mon expérience de la maternité

Ma première grossesse

Je suis maman de deux enfants. Deux merveilleux enfants issus de deux grossesses différentes. La première m’a donné une fille devenue une jeune femme aujourd’hui et la deuxième un garçon qui sort de l’adolescence. 

Ces deux grossesses ont été deux moments de ma vie totalement différents. Et vécus de façon totalement opposée comme c’est souvent le cas. 

Après l'annonce de ma première grossesse, j'ai traversé le premier mois dans un véritable état de grâce, seulement contrarié par de petites nausées: Je me sentais si forte et si heureuse. Mais un mois plus tard la situation s’est ternie. Mon bonheur fut contrarié par un changement d’état physique. Des vomissements quotidiens ont démarré et ne m’ont pas quittée jusqu’au huitième mois. Je ne comprenais pas. J’étais pourtant si enthousiaste à l’idée d’être bientôt mère, de me préparer à nouer cette relation avec ma fille à naître. Et pourtant, je me suis retrouvée cantonnée à la maison, écrasée par des vertiges qui allaient jusqu’à m’empêcher de sortir de chez moi. 

La position debout ou même assise m’étaient devenues impossible, ce calvaire m’a obligée à passer quasiment toutes ces journées allongées sur mon canapé et sur mon lit. Malgré la présence du futur père de mes enfants, je demeurais seule.

Et pour cause, au-delà de la souffrance physique se développait chez moi une autre forme de mal-être : Je ne désirais plus rester sur notre Terre et je souhaitais déchirer le Ciel. Comment partager cet état d’esprit ? Je n’avais personne avec qui m’ouvrir et avouer ce qui peut sembler totalement déraisonnable et incompréhensible.

J’étais perdue. La Sage-femme qui me suivait m’a conseillé de prendre de l’Euphytose pour calmer ce qu’elle assimilait à une angoisse. Elle s’était montrée rassurante en me faisant considérer que c’était un phénomène assez courant. Celle-ci n’avait certainement pas tort en ajoutant que mon état était aussi liée au manque de famille autour de moi et au déracinement suite à mon départ de l’Ile sur laquelle je suis née.

 Mais ces conseils pour aussi bienveillants qu’ils fussent ne me rassuraient pas totalement. J’avais la crainte que ma fille ressente ce que j’étais entrain de traverser. 

Aussi les dernières semaines de grossesses ont-elles été vécues baignées dans une forme de peur et malgré tout dans cette assurance paradoxale d’un grand bonheur à venir. 

Et pourtant, dans une forme de consolation inattendue à ces mois si éprouvants le jour J, la naissance de ma fille s’est déroulée avec sérénité. 

Camille est née souriante, par voix basse, pesant 2,960 kgs et mesurant 49 cm, regardant de ses yeux grands ouverts une maman enfin soulagée. 

Quelques mois après la naissance de ma fille, les questions ne s’étant pas estompées, je suis allée consulter un thérapeute qui m’a enfin apporté les réponses que j’espérais. Tout devenait évident :

Le corps a une mémoire. Vieille Ame que je suis, ma sensibilité s'est réveillée pendant ma grossesse. Si le phénomène est assez courant chez les femmes enceintes, il a pris chez moi des proportions extraordinaires. Ce mal-être que je ressentais n’était rien d’autre qu’une conséquence de cette hypersensibilité :

Je ressentais tout de façon exponentielle: Je pouvais ressentir le pouls de la terre, tout était vivant : Les insectes les plus minuscules, les plantes, l’humeur des personnes autour de moi, leur état de santé. J’étais capable de comprendre un silence, d’interpréter le plus infime des gestes accomplis par un parfait inconnu. Je vivais une connexion unique avec le Tout. Cette hypersensibilité en période de grossesse, c’était cela qui motivait mon envie de quitter la Terre et de gagner le Ciel. C’était cela qui m’inscrivait désormais durablement comme un lien entre ces deux mondes.

Bref, je n'étais pas folle. Quel soulagement. 

 

J'ai accouché à l'hôpital Franco-Britannique à Levallois-Perret.

Ma deuxième grossesse

Ma deuxième grossesse fut beaucoup plus sereine. 

Je travaillais alors à Paris dans une agence de publicité lorsqu’un jour à l’heure du déjeuner, je fus le témoin d’un évènement étrange : Attablée au restaurant avec des collaborateurs, bercée par le brouhaha d’une conversation de travail, j’ai décroché. Soudain, dans une forme de sas, comme hors du temps et si loin de Paris au mois d’Août, j’ai senti très clairement deux âmes venir à moi. Deux présences semblaient même entrer en moi. La sensation fut aussi intense que furtive. Il m’était impossible alors de mettre des mots sur ce qui devait être un des ressentis les plus incroyables que j’avais vécu jusqu’à lors. 

Comme lors de ma première grossesse, l’impression de perdre pied était revenue. Sollicitée par un collègue de table je revins subitement à moi. Pour aussi déroutante que fut cette expérience, je n’ai pas eu peur. Même si je restais très troublée. Bien évidemment je n’ai parlé à personne de ce qui s’était produit. 

Un mois plus tard je découvrais avec bonheur que j’étais de nouveau enceinte. J’allais être mère pour la deuxième fois. 

Mais un mois et demi plus tard je fus prise de panique lorsque je me mis à perdre du sang. Je consultais en urgence ma gynécologue qui sans ménagement m’a assuré que j’avais perdu mon bébé. Je ne pouvais pour autant me résoudre à accepter sur la forme comme sur le fond une nouvelle aussi terrible.

Curieusement, et malgré l’assurance du médecin, je ne pouvais pas me résoudre à la perte de mon enfant. Au fond de moi quelque chose me disait que ce n’était pas possible. J’ai donc pris un rendez-vous pour passer une échographie qui a confirmé ce que je ressentais de la manière la plus intime. J’étais bien enceinte.

 La gynécologue s’était trompée. Mais pas totalement car j’attendais sans le savoir des jumeaux. Un des deux bébés a effectivement choisi de partir et mon fils Gaspard est né sept mois plus tard. Par une césarienne cette fois-ci Gaspard pesant 3,60 kgs et mesurant 51 cm.

Ce n’est que plus tard que j’ai resongé à l’expérience vécue à cette table de restaurant. Ces deux âmes qui entraient en moi. Elles étaient en effet bien deux à choisir de s’incarner à travers moi. Ceci nous a d’ailleurs été confirmé par un ostéopathe (pratique Pierre Hammond) lors de la visite des deux mois de mon fils. 

La maternité m’a changée. Elle change évidemment toutes les femmes. Mais elle a totalement modifié le cours de ma vie personnelle et professionnelle. Elle a développé de puissants ressentis, déployé mon intuition. La maternité m’a ouvert les yeux et le cœur sur ce moment particulier de la vie d’une femme d’un couple et d’une famille au point d’en faire aujourd’hui une part importante de mon métier.

J'ai accouché à la Clinique Sainte Thérèse Dans le 17eme à Paris. 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Medoucine

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.